• Rubriques

Le printemps arrive, les allergies saisonnières aussi !

Avec le printemps, les nombreux pollens (graminées, arbres, fleurs, colza…) profitent du vent, souvent revenu, pour se promener avec vous dans la nature. C’est le retour des allergies saisonnières.

Une maladie de plus en plus fréquente

Les allergies ne cessent d’augmenter depuis quelques années. 25 à 30% de la population serait allergique à ce jour. Les spécialistes mettent en avant différents facteurs environnementaux qui favorisent l’expression de la sensibilité génétique. Le réchauffement climatique qui allonge la période des pollens et leur quantité. La pollution atmosphérique extérieure (particules fines du diesel, poussières) et intérieure (colles de mélaminés, moquettes et autres substances ménagères) qui entretient une inflammation des muqueuses ORL et bronchiques favorisant l’allergie.

Les changements dans l’alimentation, souvent ultra-transformée et contenant de multiples additifs, modifient l’équilibre de la flore intestinale, rendant la paroi de nos intestins poreuse, ce qui augmente les contacts avec des substances allergènes.

Les allergènes (pollens, poussières, acariens) sont le plus souvent inoffensifs pour l’être humain. L’allergie, due à un dérèglement du système immunitaire et à une perte de tolérance à ces substances, se fait en deux temps : une phase de sensibilisation à l’allergène souvent asymptomatique, puis une seconde phase de révélation par les symptômes.

Les symptômes de l’allergie

Bien connus de tous, les symptômes de l’allergie sont nombreux : éternuements, écoulement nasal clair, toux, gêne respiratoire, larmoiement plus ou moins irritant. S’ils sont banals, ils peuvent toutefois s’accompagner d’une atteinte de l’état général : fatigue, difficultés à dormir (nez bouché) ou à se concentrer.

Que faire quand on est allergique ?

La cause principale est de toute évidence la présence des allergènes, en l’occurrence les pollens. Nous éviterons de nous promener par temps venteux. Pour ceux qui ont une rhinite allergique, le port d’un masque peut être profitable. N’oublions pas de rincer les cheveux le soir qui peuvent porter les pollens de la journée. Se laver le visage à grande eau, le nez et les yeux au sérum physiologique plusieurs fois par jour, permet de limiter les risques de réaction allergique.

Quels sont les traitements ?
  • Les antihistaminiques
    Ces médicaments permettent de limiter les conséquences de l’allergie ORL. Leur efficacité est très variable et ils présentent des effets secondaires parfois gênants (somnolence, troubles de l’attention). Ils existent par voie orale ou nasale.
  • Les corticoïdes par voie nasale
    Ils sont très efficaces, mais présentent des effets secondaires (saignements de nez, fragilisations de la muqueuse nasale). À ne pas utiliser de façon prolongée… !
  • Le cromoglycate de sodium par voie nasale
    Moins efficace que les corticoïdes ; il a l’avantage d’être mieux toléré.
  • Les collyres anti allergiques
  • L’homéopathie
    Plusieurs médicaments homéopathiques pourront vous soulager :
    • Allium cepa 9 CH si écoulement clair important
    •  Euphrasia 9 CH en cas de conjonctivite
    • Sabadilla 9 CH pour des éternuements en salve
    • Histaminum 15 CH et Pollens 15 CHdans tous les cas
      A prendre à raison de 5 granules 2 fois par jour.
    • Les oligoéléments
      Le Manganèse (Mn) est très souvent utilisé pour réduire les réactions allergiques à raison d’une ampoule par jour.
  • La désensibilisation
    Peut être très efficace surtout si vous avez peu d’allergènes : 1 à 2 maximum. Elle peut se faire par voie injectable ou nasale et dure habituellement de 1 à 2 ans.
    L’allergie, dont la cause génétique n’est pas formelle, est une pathologie dont la fréquence augmente au cours des années. Les diverses pollutions sont mises en cause et l’équilibre du microbiote intestinal joue un rôle très important. La prévention sera probablement le facteur majeur d’évitement des allergies.
À la découverte des bénévoles du Centre Ressource Reims

« Je suis Pamela Professeure de Yoga du Rire, j’anime des séances pour les bénéficiaires du Centre Ressource. Je constate à quel point cette méthode de bien-être dynamique et originale leur fait du bien. Pendant 1h, elles lâchent prise et retrouvent l’espièglerie enfantine grâce aux exercices de rires forcés mêlés aux exercices de respiration et d’étirements. On vient libérer une bonne dose d’hormones (Dopamine, ocytocine, sérotonine et endorphine) pour aider à se sentir mieux dans sa tête et dans son corps. »
Pamela JULLION – Le Yoga du Rire de Pam Pam Jok
Renseignements :
Centre de Ressource de Reims
03 26 35 47 05
contact@centre-ressource-reims.org
www.centre-ressource-reims.org